DRESDE : espoir de temps meilleurs et d’entente entre les peuples.

 Voyages à Dresde 1991-2006 et 2011 ou

les étapes de la renaissance d’une ville prestigieuse.

 Dresde, ville martyre, anéantie par les bombardements de février 1945 puis sous domination soviétique ( DDR ) jusqu’à la chute du Mur fin 1989, reconstruite à l’identique et à nouveau joyau baroque du Land de Saxe dans l’Allemagne réunifiée.

Des liens anciens me lient à Dresde. En 1956 j’ habitais Cologne et connaissais une amie qui appartenait comme moi à un groupe de jeunesse catholique et demeurait à Dresde.

Souvent nous nous sommes rencontrées tant que la liberté de circuler dans les deux Allemagnes était tolérée.

L’édification du Mur en 1961 mit fin à ces visites.

Cependant nous avons continué de correspondre par courriers accompagnés de photos et gardé ainsi des contacts.

Aussi lorsque la réunification de l’ Allemagne fut effective nous pûmes nous revoir. La première visite eut lieu à Dresde en septembre 1991 lors d’un voyage effectué avec mon mari Michel.

Nous avons découvert alors une ville encore meurtrie 46 ans aprés le terrible bombardement.

L’influence soviétique y était encore présente, des troupes toujours stationnées.

Les bâtiments et monuments gardaient le style et les symboles de l’Est.

Les véhicules étaient d’une autre époque …

Retrouvailles avec nos fidèles et sympathiques amis allemands :

En 2006 nous sommes revenus à Dresde puis tout récemment en mai 2011. La ville s’est métamorphosée et retrouvé son lustre d’ antan comme l’illustrent les photos qui suivent :

A travers ces quelques commentaires et photos j’ai eu plaisir à vous faire partager le renouveau d’une cité anéantie puis occupée, enfin libérée et aujourd’hui épanouie.

De longues années ont été necessaires pour reconstruire ce qui avait été détruit en quelques heures !

Aujourd’hui Dresde, la Florence de l’Elbe, a retrouvé son rayonnement culturel et économique.

Proche de Berlin et Prague, elle symbolise l’ouverture entre l’Europe de l’Ouest et l’Europe continentale, l’espoir de temps meilleurs et d’entente entre les peuples.

Aussi c’est à bord de la mytique  » Trabi  » pilotée par Michel que nous quittons cette ville magnifique et vous disons « 

Aufwiedersehen « .

Doris Bindault

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet article, publié dans Ereignisse, Evénements Culturels, Evénements Historiques, Kulturele Ereignisse, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s