Une femme de R.D.A.

Une femme de l’ ex – R.D.A.

Mon mari et moi, étions critiques depuis longtemps vis-à-vis de la R.D.A.

 

Neue Hoffnung

Déjà pendant les études j’étais dans la ligne de mire des services de Sécurité de l’ Etat. Mon courrier était contrôlé, ou bien n’arrivait pas du tout chez moi ou au destinataire auquel il était adressé.

Après ma tentative de suicide au camp de défense civile, j’ai été emmenée à la clinique psychiatrique de Greifswald. Heureusement elle était surchargée et j’avais un bon médecin, si bien que j’ai eu rapidement l’autorisation d’aller en résidence universitaire. A vrai dire on voulait me radier, mais mon médecin a dit, qu’on ne pouvait pas le faire et que je devais au contraire aller de l’avant…Mais de cela j’ ai assez parlé)

Particulièrement en 1989 nous avons suivi très attentivement la situation dans notre pays. Mon mari et moi, nous avons adhéré au groupe INTERDIT «Nouveau Forum» et nous étions presque chaque jour à l’une ou à l’autre des rencontres.

La Jeunesse Allemande Libre de DDR

La Jeunesse Allemande Libre de DDR

Le 4 novembre nous étions aussi à la grande manifestation sur l’ Alexanderplatz à Berlin.

Le soir du 9 novembre, Mon mari était à une rencontre des différents groupes de citoyens dans l’église de Liebenwalde, j’étais avec les enfants à la maison et j’ai suivi en permanence les nouvelles à la télévision.

A 19H 30 c’est le Journal télévisé est-allemand : Aktuelle Kamera, qui me fit dresser l’oreille. A ce moment-là, Günter Schabowski donnait une conférence de presse. Mais que pensait-il en disant que maintenant les citoyens de la RDA pourraient bientôt aller à l’ouest sans problème.

A la télévision je passais d’un programme à l’autre, ensuite les images arrivèrent à la télévision de l’ouest, des Berlinois de l’est vont aux postes -frontières et on les laisse passer.

Ce «rêve» me faisait pleurer de joie, je pris mon fils aîné (Mon autre fils était au lit) et je pensais, que nous pourrions nous aussi aller bientôt tous ensemble rendre visite à notre famille…

Toute excitée et poussant des cris de joie je suivais les moments merveilleux de la rencontre entre l’est et l’ouest.

J’ attendais mon mari qui revenait de l’église vers 22h et demandait si c’était vrai que la frontière était ouverte…

A ce moment, nous ne croyions pas encore, que cela resterait ainsi …et nous étions accroupis les deux pendant la nuit, heureux, devant les images incroyables qui défilaient à la télévision….

Le lendemain j’étais étonnée à l’école (les salles de classes étaient presque vides). Pendant la nuit des collègues qui n’avaient jamais fait la moindre critique du système de la R.D.A. , qui n’avaient jamais ouvert la bouche ( à l’inverse de moi) étaient sur le Kurfürstendamm à Berlin. Et nous ? Ce n’est que le samedi APRES l’école que nous sommes allés à Berlin avec les enfants et une collègue. C’ était un jour très brumeux, il y avait des embouteillages dans les rues, parce que tout l’Est était à Berlin ouest !!! Mais c’était beau, mon cœur battait vraiment très fort de joie, lorsque nous pouvions traverser la frontière SANS contrôle.

Nous sommes heureux qu’il n’y ait plus de mur. Nous aurions souhaité un processus d’unification différent, mais cela je ne peux pas l’écrire en peu de mots.

Cet article, publié dans Evénements Historiques, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s